Éditorial

La culture est indissociable de l'identité d'une société. L'esprit de la création artistique et l'importance accordée à la politique culturelle sont, aujourd'hui comme hier, un indicateur clé du développement démocratique d'un État.

En 1979, le nouveau gouvernement luxembourgeois issu des élections du 10 juin 1979, sous l'impulsion de Pierre Werner (ministre d'État, ministre des Affaires Culturelles) et de Jacques Santer (ministre des Finances), avait proposé dans sa déclaration gouvernementale du 24 juillet 1979 « la création d'un Fonds culturel alimenté par des recettes extrabudgétaires et destiné à renforcer l'infrastructure culturelle ».

C'est en 1982, trois années après la déclaration gouvernementale, que le gouvernement de Pierre Werner a créé le « Fonds culturel national » en tant qu'établissement public régi par la loi modifiée du 4 mars 1982, publiée dans le Mémorial A n° 12 du 12 mars 1982, pp. 340-344 et rectifiée dans le Mémorial A n° 34 du 7 mai 1982, p. 902.

Si le paysage culturel et artistique a connu de profonds changements, le Fonds culturel national n'a aucunement perdu sa raison d'être ; il a, lui aussi, évolué pour mieux répondre aux attentes de la scène culturelle contemporaine, pour continuer à encourager la création artistique et promouvoir la culture en général. Car si l'art évolue de manière constante, c'est parce qu'il doit répondre à de nouveaux contextes : la production culturelle est devenue un secteur économique à part entière ; l'art et la culture se sont professionnalisés ; la culture s'est démocratisée. Le Fonds culturel national, quant à lui, s'est adapté aux nouvelles exigences et s'engage donc dans une nouvelle ère.

Le Fonds culturel national, en tant qu'établissement public, est un acteur primordial du secteur culturel au Luxembourg. C'est l'article 2 de la loi du 4 mars 1982 qui prévoit les deux missions principales du Focuna : « Le Fonds a pour mission de recevoir, de gérer et d'employer les allocations et dons émanant de sources publiques et privées en vue :

  • de la promotion des arts et sciences ;
  • de la conservation, de la restauration et de l'affectation

appropriée du patrimoine historique et culturel national, immobilier et mobilier. » L'ambition de voir l'offre artistique et culturelle luxembourgeoise croitre et de la faire découvrir au niveau national et international est au sein de la vision du Fonds culturel national depuis sa création en 1982.

Ainsi, le comité directeur fonde son action sur le soutien à la création artistique indépendante et au développement culturel. Le Fonds culturel national contribue au soutien des projets originaux, permet l'émergence de nouveaux talents et assure leur promotion et leur diffusion ainsi que celle des spectacles et expositions, tout en favorisant la mobilité des créateurs et des rencontres entre les artistes et les professionnels du secteur culturel.

Afin d'assurer au mieux la bonne exécution de ses deux missions centrales, quatre principes guident sa politique de fonctionnement : l'excellence ; la création et le renouveau artistique ; la diffusion et la mobilité ; la pérennisation.

Excellence

Le principe d'excellence anime le travail du Fonds culturel national, tant sur le plan de la sélection des projets et des artistes que sur celui de l'organisation des jurys composés de professionnels aguerris. Promouvoir la qualité permet également d'assurer un

Création et renouveau artistique

La tâche fondamentale de la politique culturelle du Fonds consiste dans la sauvegarde du potentiel de la culture, pour que celui-ci soit une force dynamique et stimulante. Pour y arriver, il est primordial que la condition de liberté d'expression soit respectée et garantie. Ainsi, l'art doit pouvoir se développer sans entraves, en suivant sa propre logique. De nouvelles perspectives, à la fois pour la création et pour l'héritage culturel doivent voir le jour. Afin d'assurer une excellence dans le secteur culturel, il est fondamental de permettre aux artistes de jouir d'une totale liberté de création et de favoriser ainsi la diversité artistique sur le territoire luxembourgeois.

Diffusion et mobilité des artistes

L'ouverture à l'international est aujourd'hui indispensable pour le rayonnement des artistes. Afin d'améliorer les perspectives de carrière et de professionnalisation des lauréats, le Fonds culturel national leur propose, à travers une mobilité nationale et internationale :

  • d'accéder à de nouveaux marchés ;
  • d'établir des contacts et des partenariats avec des institutions
  • culturelles, des artistes et des professionnels ;
  • de créer des réseaux souvent nécessaires pour la
  • construction d'une carrière ;
  • d'accéder aux réseaux internationaux de programmation
  • et développer le professionnalisme.

C'est notamment par la mise en place de résidences d'artistes, qui stimulent, entre autres, le développement des connaissances et des compétences artistiques, que le Fonds garantit cette diffusion sur la scène nationale et internationale.

Pérennisation

L’ultime priorité du Fonds culturel national qui par ailleurs n’est pas sans réunir les précédentes, est le principe de durabilité ou de pérennisation. S’il peut, en effet, s’avérer nécessaire d’aider les artistes de façon ponctuelle, il est sans doute primordial de permettre aux artistes à la fois de lancer leur carrière et de leur donner les moyens pour que leur activité artistique se pérennise.

Le Fonds, par le biais de son action de promotion et de diffusion, permet ainsi aux meilleurs éléments de donner une impulsion à leur carrière.

Transparence

Les activités du Fonds culturel national se déroulent en toute transparence par le biais du site Internet du Fonds culturel national. Les demandes de soutien, qui se font désormais par des formulaires en ligne, sont publiées régulièrement sur le site, avec le détail des décisions prises selon le « Guide d’attribution et d’évaluation des aides et soutiens », également accessible en ligne. Cette transparence permet de rendre la politique de soutien du Fonds culturel national accessible, compréhensible et transparente, et de valoriser davantage les projets retenus.

Cette transparence engage à une bonne gestion des ressources financières. Si les subsides sont exclusivement financés par une dotation de l’OEuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte, le Fonds culturel national donne également la possibilité à des mécènes de financer des bourses pour des artistes professionnels selon un programme de bourses spécifiquement établi.

Le Fonds culturel national est aussi habilité à recevoir des dons fiscalement déductibles. Le Fonds culturel national peut ainsi se substituer à des associations pour financer des activités culturelles par des dons fiscalement déductibles - toutes les informations au sujet des dons ainsi que le formulaire de demande sont publiés en ligne.

Par son fonctionnement, le Fonds culturel national garantit l’indépendance nécessaire pour accomplir ses missions. Il s’engage notamment pour le respect des trois principes fondamentaux suivants :

  • La culture est une valeur en soi.
  • L’art est un bien public.
  • La création doit être indépendante.

Nous sommes encore loin du modèle britannique, où, pour éviter toute ingérence politique ou autre dans le domaine culturel et artistique, le budget de la culture est versé à des organismes autonomes, à l’image des Arts Councils, qui déterminent leurs propres politiques et leurs choix en matière de dépenses. Mais l’esprit qui anime le Fonds culturel national dans l’accomplissement de ses missions va clairement dans ce sens.

Jo Kox
Président du Fonds culturel national

  • Première mise en ligne : 15 octobre 2013
  • Dernière modification : 20 septembre 2017