Laura Mannelli, première lauréate de la Bourse Indépendance

Crédit photographique : Frederick Thompson, designer immersif

Le Fonds culturel national a le plaisir d'annoncer que la Bourse Indépendance est attribuée à Laura Mannelli. Son projet, intitulé « The Promises of Monsters », sera exposé à la galerie Indépendance de la BIL à partir du 19 octobre 2017.

Lancée en février 2017 par le Fonds culturel national, la Fondation Indépendance et la BIL, la bourse Indépendance a pour objectif d'accompagner le processus de création d'œuvres novatrices dans le domaine des arts numériques et des nouvelles technologies en offrant au lauréat une exposition personnelle et la publication d'un catalogue numérique. 

« The Promises of Monsters » a fait l’unanimité du jury composé d'Yves Hoffmann (Banque Internationale à Luxembourg), de Paul Lesch (Fondation Indépendance), d’Anne-Catherine Ries (Digital Lëtzebuerg), de Stilbé Schroeder (Casino Luxembourg-Forum d'art contemporain) et de Marc Scozzai (Rotondes). Articulé autour d’un monde immersif inspiré de la Divine Comédie de Dante, le projet de Laura Mannelli sera au croisement des arts plastiques, du jeu vidéo, des nouvelles écritures narratives et de l’architecture.

Artiste luxembourgeoise diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais, Laura Mannelli nourrit depuis plusieurs années une réflexion basée sur les réalités virtuelles et ses nouveaux paradigmes en utilisant l’art numérique comme terrain de recherche. Co-fondatrice de 2008 à 2013 du collectif « Human Atopic Space (HAS) » et co-fondatrice du « Festival Atopic », l’un des premiers festivals en Europe dédiés respectivement aux réalités virtuelles et aux machinimas, Laura Mannelli a aussi exposé au Palais de Tokyo à Paris avec le projet « Ech Sinn Melusine », participé à des festivals d’art numérique ou encore à la Nuit Blanche de Paris en 2014 avec le projet « Beyond Bitmaps », œuvre d’architecture interactive. Plus récemment, en 2017, elle a mené ou participé à des projets artistiques ambitieux comme le projet « Near Dante Experience » avec Gérard Hourbette, un des membres du mythique groupe « Art Zoyd » et grande référence des musiques électro-acoustiques, ou le Pavillon VR du Luxembourg City Film Festival au Casino Luxembourg-Forum d’art contemporain. À la fin du mois de juin, elle participera également à la 4e Triennale Jeune Création Luxembourg et Grande Région qui se déroulera aux Rotondes et au Cercle Cité.

À propos du projet « The Promises of Monsters », Laura Mannelli dit :
De l’invention d’un nouveau genre littéraire par un Luxembourgeois, Hugo Gernsback, présumé né à Bonnevoie, qui, le premier utilisa le terme de « science-fiction » pour raconter des mondes fictifs où des sociétés sont optimisées grâce aux sciences et aux nouvelles technologies, à l’exploration minière d’astéroïde, le Luxembourg a toujours été un laboratoire de recherche inné pour moi pour parler des réalités virtuelles.
L’organisation de l’activité humaine a trouvé un nouveau mentor : le réseau. C’est l’idée d’atopie, énoncée par Robert Smithson, un non-lieu privé de centre et de périphérie. Il agit avec le temps comme il agit avec l’espace. Être ici et pourtant ailleurs, c’est l’ « hétérotopie » de Michel Foucault, où des vécus virtuels engendrent des persistances et des réminiscences émotives bien réelles (Frederick Thompson). C’est l’espace des réalités virtuelles. Les réalités virtuelles pourraient bien ébranler plus d’une certitude sur notre propre rapport au monde et notre conception du réel.
« La Promesse des Monstres », dont le titre est issu du « manifeste Cyborg » de Donna Haraway, pourrait être un projet de « design fiction ». L’exposition donne à voir un ensemble d’artefacts mis en scène, donné à manipuler à un public pour qu’ils se confrontent à un monde possible. Que nous promettent ces nouveaux paradigmes technologiques ? Pour reprendre Hugo Gernsback : « Extravagant Fiction Today - Cold Fact Tomorrow ».



« The Promises of Monsters » de Laura Mannelli, à partir du 19 octobre 2017 à galerie Indépendance (69, route d’Esch, L-2953 Luxembourg).